Les Académies 2010, 2015 et 2017 en chanson

Les Académiciens sont des artistes. Voici quelques joli vers déclamés publiquement lors de l’Académie 2010 et en 2015 à Digne, par  Claude Tappero :

On sait que dans la ville de Digne (2010)

Christian Boudignon donne un cours de grec ancien, journal La Marseillaise, juillet 2010

On sait que dans la ville de Digne,

Chaque année au milieu de l’été,

Les professeurs les plus insignes

Ont rendez-vous à l’IUT.

Que personne ne se tracasse,

C’est sûr on va se régaler.

Ami, c’est de l’hébreu, potasse !

Ou Emmanuel va râler.

Les élèves avec leur cartable

Se retrouvent tous les matins

Pour traduire, chose impensable,

Des textes grecs ou du latin.

Dans le grand amphi ils s’entassent,

Les cours vont bientôt commencer.

Ami, c’est de l’hébreu, potasse !

Sinon Axel va te tancer.

Ils viennent de tous les coins de France,

Quelques uns même de l’étranger.

Un manuscrit les met en transe,

La grammaire les fait gamberger.

Même si c’est dur il faut faire face

Et ne pas se décourager.

Ami, c’est de l’hébreu, potasse !

Sinon Frédéric va rager.

Avouez que l’après-midi  i

La chaleur et la digestion

Viennent à bout des plus hardi is

On arrive à saturation.

Et par moment, quoi que l’on fasse,

L’envie vous gagne de roupiller

Ami, c’est de l’hébreu, potasse !

Sinon tu vas te faire houspiller.

Moi, j’ai choisi l’ougaritique

Pour ne pas me lever trop tôt.

La formule B c’est bien pratique,

De plus, le prof c’est Cassuto.

Il nous explique sa méthode,

Ras Shamra et son alphabet.

Oula ce n’est pas si commode

De s’y retrouver dans ce chantier.

Déchiffrer le cunéiforme,

Ce n’est pas toujours rigolo ;

Heureusement qu’EdouardDhorme,

Bauer et aussi Virolleaud

Ont trouvé la clef qui nous ouvre

L’accès à ce monde inconnu.

Ami, viens avec nous, découvre

Un langage encore méconnu.

Nos traductions parfois divergent

D’avec la version de Caquot.

On n’est pas sorti de l’auberge,

Le nez plongé dans le dico.

Même Philippe reste perplexe :

Que d’hypothèses farfelues !

Ami, ne fais pas de complexe !

Tu n’as peut-être pas tort non plus.

C’est que dans cette langue antique

On est toujours un peu dans le flou.

Les voyelles sont hypothétiques

Le scribe se trompe parfois de clou.

Si tout cela nous embarrasse

Bordreuil est là pour nous sauver.

Si la syntaxe nous terrasse,

Philippe vient nous relever.

Cette vieille littérature

N’a rien d’austère ni de lassant.

Carnages, meurtres et forfaitures

Font couler des fleuves de sang.

L’inceste et la pornographie

Etaient là il y a trois mille ans.

Ami, la paléographie,

Qu’on se le dise, c’est excitant.

Au réveil, si je me sens patraque,

Je pense à ceux qui vont trimer,

Qui s’usent les yeux sur du syriaque

Ou grimpent à l’Echelle de Mahomet.

Ça me redonne du courage

Pour m’occuper d’Anat et de Baal,

Et à chaque nouvelle page

J’affine le système verbal.

Après dix jours d’efforts intenses

Les stagiaires sont lessivés.

Mais grâce à ce labeur immense

Ils sont fiers d’y être arrivés.

Egyptien, copte, langues sémitiques,

Hittite, pour eux n’ont plus de secret.

C’est de l’hébreu, pas de panique !

A l’Académie c’est le pied !

Déjà nos cours de langues anciennes

Sont sur le point de s’achever.

Avant de fermer les persiennes

Il est encore temps de lever

Son verre à la beauté de la Science,

Aux professeurs et aux amis.

Mon Dieu, que nous avons de la chance

D’avoir connu l’Académie !

***

Aïe, aïe ,aïe !c’est la crise (2015)

Abdellatif Idrissi et Annick Germain lors de la soirée de clôture 2014 (cliché N. Barakat)

 

Aïe, aïe ,aïe !c’est la crise. L’Académie

A son lot de tracas, de stress et de soucis :

L’Etrusque est en exil, l’Egyptien bien patraque,

Rémo exténué nous prive de Syriaque.

L’Académie pouvait, je ne le savais pas,

Passer subitement de la vie au trépas.

Notre cher Président nous a foutu la trouille

Avec ces bureaucrates qui nous cassent les…. pieds.

Nous sommes en quelque sorte des miraculés,

Mais tous ces financiers sont de vrais en…foirés.

Des cours sont supprimés, des groupes sont réduits,

Philippe et Christian « par les Dieux sont maudits » :

Il leur est arrivé toute sorte de tuiles.

Tout va bien maintenant, on peut dormir tranquille.

 

 

D’ailleurs, ils sont tous là, curieux et téméraires,

Fanatiques de syntaxe, assoiffés de grammaire,

Jeunes ou plus anciens, ils piaffent d’impatience

En attendant des profs qu’ils transmettent leur science,

Et ils pensent déjà au lendemain matin

Où ils pourront enfin suivre leur cours de Latin,

Ou pour l’Araméen monter au septième ciel

En lisant, quelle extase !, le livre de Daniel.

Félicitons aussi, je crois qu’ils le méritent,

Les trois ou quatre fous qui ont choisi le Hittite ;

Il faut bien l’avouer, c’est très original :

Leur photo paraîtra mardi dans le journal.

 

 

L’enthousiasme est tombé dès le soir du lendemain :

Ouh là, qu’est-ce que c’est dur, quel travail de Romain !

Plongés dans nos dicos, on hésite, on gamberge,

On n’est, je vous le dis, pas sorti de l’auberge.

Tous les journaux locaux nous parlent du Tour de France :

Il n’y a pas qu’à vélo qu’on connaît la souffrance !

 

Je pense, par exemple, au groupe Hébreux II:

Ils se sont attaqués au Psaume 22.

Au bout d’une semaine je les vois harassé(e)s :

Ils sont venus à bout d’un tout petit verset,

Et ils se disent tous : »Quel travail de damnés !

Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné, »

Aux dernières nouvelles ils ne sont pas tous morts

Et croient peut-être savoir le sens du mot « mizmor ».

 

Les hellénistes aussi ont des hauts et des bas.

Ils savent pourtant tous qu’en Grec on s’en Zorba.

Leurs efforts leur rappellent l’homme de Marathon

Et ils rêvent la nuit de Lucien et Platon.

Mais au bout de quelques jours ils ont bien pris leurs marques

Et arrivent, non sans mal, à traduire du Plutarque.

 

Mais les plus passionnés ne sont pas rassasiés :

Ils en demandent encore, veulent noircir leurs cahiers.

Alors que toute la France ne pense qu’aux sports nautiques,

Certains vont chez Victor faire de la linguistique.

Tout y passe : créole, sokotri, haoussa,

Rien ne peut épuiser la vigueur de nos forçats,

Qui, dans l’amphithéâtre, on a choisi le lieu,

Prennent part au séminaire « la langue en son milieu ».

 

 

Sydney étant forfait, Philippe est en transe :

Il faut absolument trouver une conférence !

Bon sang, mais c’est bien sûr ! il y a Thierry Legrand

Qui viendra nous parler des rouleaux de Qumran.

C’est un conférencier de grande érudition,

Mais son power point tombe en pleine digestion !

Il arrive pourtant, même s’il faut bien suivre,

A nous intéresser à son rouleau de cuivre,

Aux fragments de Ben Sira, l’épître de Jérémie,

Pour finir applaudi par toute l’Académie.

 

 

 

Cette année, grosse erreur, j’ai pris Arabe 2-3 :

Ce n’est que le début d’un long chemin de croix ;

Notre mu°allimat, elle s’appelle Noar.

Ah quel prénom charmant ! nous, nous broyons du noir.

Elle est arabophone, elle est née en Syrie.

J’aurais mieux fait, je pense de me faire hara-kiri :

Il faut tout réviser, du grenier à la cave :

Verbes assimilés, défectueux, concaves,

Duels, pluriels brisés et l’expression du temps :

« Il faut bien le savoir, c’est très, très important. »

Hamza, ta marbouta, damma, fatha, kasra,

Comment s’y retrouver dans cet immense fatras ?

Pour déchiffrer ces signes il faudrait une loupe !

Noar est là qui veille, pas question qu’on se loupe

Même si la graphie est parfois fantaisiste.

En baver comme ça, faut être masochiste !

 

On nous avait promis un début en douceur,

Mais en fait on démarre à 150 à l’heure :

On commence par les contes des Mille et Une Nuits.

Pour nous c’est du boulot, le soir jusqu’à minuit.

Certes on imagine la belle Shéhérazade,

Mais question de syntaxe, c’est la vraie débandade !

Et avec Jahiz on monte encore d’un cran :

Le Livre des Avares, merci Noar ! Choukran !

 

 

Quand Noar lit le texte, ah !c’est un pur délice,

Mais pour nous c’est plutôt une marche au supplice

Avec ces °ayn , ces qaf dont l’Arabe regorge

Mais qui, à nous Français, nous restent dans la gorge.

Il faut pourtant se lancer, c’est le moment fatal,

Noar donne le départ : allez-y, tafaddal !

 

On tâtonne, on bégaye, mes amis, quel gâchis !

Mais pour Noar tout baigne, on continue, machi ?

Et quand on croit avoir tout bien analysé,

Restent encore tous ces mots qu’il faut vocaliser.

Alors quelle galère ya akhi ! c’est l’enfer :

A, i ou, au hasard, à tous les coups on perd.

Les shadda passent à l’as, les voyelles font la grève,

Si tu ne comprends pas, tant pis, c’est marche ou crève !

Ah, pour le verbe simple, nous y sommes arrivés ;

Mais ne me parlez pas des formes dérivées !

Af°ala, if°alla et même istaf°ala,

J’en passe et des meilleures, mais je m’arrête là,

Car je ne voudrais pas, ce serait fort dommage

Que ceux du groupe Un , du coup, perdent courage

 

C’est vrai qu’il y a de quoi avoir mal à la tête,

Mais nous, on est patient, on s’accroche, on s’entête ;

On pose des questions, on demande des détails,

On avance, on progresse, on gagne la bataille.

Traduire quelques lignes exige de gros efforts,

Mais quand on réussit, quelle joie, quel réconfort !

Noar nous encourage « yalla, moumtaz, c’est bien !

On va y arriver, c’est possible, ne crains rien ! »

C’est certes difficile, mais comme dit le Coran

Dans une de ses sourates : « ma°a al°ousri yousran »                              *sourate94v.5

Les textes, il faut le dire ne sont jamais lassants :

C’est plein d’animation, y a du sexe, y a du sang.

 

Jeudi après-midi, gais comme des pinsons

Nous allons terminer la journée en chanson.

Vite il faut déchanter : chez Noar c’est un vice :

Pour avoir la chanson, faut faire les exercices.

Mais comme récompense de ce travail de fourmi

Nous écoutons la voix de Majda El Roumi.

Alors là, croyez-moi, on doit rendre les armes.

On a la chair de poule, on est ému aux larmes :

« Ah, il me fait entendre, lorsqu’il me fait danser,

Des mots auxquels personne n’aurait osé penser… »

C’est beau, c’est magnifique, mon Dieu que d’émotion !

Vite allons sur youtube ou sur dailymotion !

Pour entendre ce poème de Nizal Qibanni

Je donnerais Versailles, Paris et Saint-Denis.

 

 

Mais vite le temps presse, il faut se dépêcher.

Pour Noar le programme n’est pas encore bouclé.

Nous n’aurons que le temps d’avaler un sandwich

Pour traduire un poème signé Mahmoud Darwich.

Dans ces strophes issues d’une expérience amère

Darwich nous prend aux tripes en évoquant sa mère.

Nous pouvons écouter un enregistrement

Et le cours se termine dans le recueillement.

 

 

Le vendredi venu nous sommes à l’Ermitage

Pour fêter tous ensemble la fin de notre stage.

Et si chacun de nous est un petit peu triste,

On se doit malgré tout de rester optimiste.

Nous faisons confiance aux organisateurs ;

Ils sauront, j’en suis sûr, être à la hauteur

Et trouver un endroit, à Digne, Aix ou ailleurs

Où nous pourrons couler des jours encore meilleurs.

L’Académie est morte, vive l’Académie !

Et à l’année prochaine, in cha allah, chers amis.

 

 

Claude Tappero.   Digne .Juillet 2015.

Aïe, aïe ,aïe !c’est la crise, l’Académie aussi

A son lot de tracas, de stress et de soucis :

L’Etrusque est en exil, l’Egyptien bien patraque,

Rémo exténué nous prive de Syriaque.

L’Académie pouvait, je ne le savais pas,

Passer subitement de la vie au trépas.

Notre cher Président nous a foutu la trouille

Avec ces bureaucrates qui nous cassent les…. pieds.

Nous sommes en quelque sorte des miraculés,

Mais tous ces financiers sont de vrais en…foirés.

Des cours sont supprimés, des groupes sont réduits,

Philippe et Christian « par les Dieux sont maudits » :

Il leur est arrivé toute sorte de tuiles.

Tout va bien maintenant, on peut dormir tranquille.

 

 

D’ailleurs, ils sont tous là, curieux et téméraires,

Fanatiques de syntaxe, assoiffés de grammaire,

Jeunes ou plus anciens, ils piaffent d’impatience

En attendant des profs qu’ils transmettent leur science,

Et ils pensent déjà au lendemain matin

Où ils pourront enfin suivre leur cours de Latin,

Ou pour l’Araméen monter au septième ciel

En lisant, quelle extase !, le livre de Daniel.

Félicitons aussi, je crois qu’ils le méritent,

Les trois ou quatre fous qui ont choisi le Hittite ;

Il faut bien l’avouer, c’est très original :

Leur photo paraîtra mardi dans le journal.

 

 

L’enthousiasme est tombé dès le soir du lendemain :

Ouh là, qu’est-ce que c’est dur, quel travail de Romain !

Plongés dans nos dicos, on hésite, on gamberge,

On n’est, je vous le dis, pas sorti de l’auberge.

Tous les journaux locaux nous parlent du Tour de France :

Il n’y a pas qu’à vélo qu’on connaît la souffrance !

 

Je pense, par exemple, au groupe Hébreux II:

Ils se sont attaqués au Psaume 22.

Au bout d’une semaine je les vois harassé(e)s :

Ils sont venus à bout d’un tout petit verset,

Et ils se disent tous : »Quel travail de damnés !

Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné, »

Aux dernières nouvelles ils ne sont pas tous morts

Et croient peut-être savoir le sens du mot « mizmor ».

 

Les hellénistes aussi ont des hauts et des bas.

Ils savent pourtant tous qu’en Grec on s’en Zorba.

Leurs efforts leur rappellent l’homme de Marathon

Et ils rêvent la nuit de Lucien et Platon.

Mais au bout de quelques jours ils ont bien pris leurs marques

Et arrivent, non sans mal, à traduire du Plutarque.

 

Mais les plus passionnés ne sont pas rassasiés :

Ils en demandent encore, veulent noircir leurs cahiers.

Alors que toute la France ne pense qu’aux sports nautiques,

Certains vont chez Victor faire de la linguistique.

Tout y passe : créole, sokotri, haoussa,

Rien ne peut épuiser la vigueur de nos forçats,

Qui, dans l’amphithéâtre, on a choisi le lieu,

Prennent part au séminaire « la langue en son milieu ».

 

 

Sydney étant forfait, Philippe est en transe :

Il faut absolument trouver une conférence !

Bon sang, mais c’est bien sûr ! il y a Thierry Legrand

Qui viendra nous parler des rouleaux de Qumran.

C’est un conférencier de grande érudition,

Mais son power point tombe en pleine digestion !

Il arrive pourtant, même s’il faut bien suivre,

A nous intéresser à son rouleau de cuivre,

Aux fragments de Ben Sira, l’épître de Jérémie,

Pour finir applaudi par toute l’Académie.

 

 

 

Cette année, grosse erreur, j’ai pris Arabe 2-3 :

Ce n’est que le début d’un long chemin de croix ;

Notre mu°allimat, elle s’appelle Noar.

Ah quel prénom charmant ! nous, nous broyons du noir.

Elle est arabophone, elle est née en Syrie.

J’aurais mieux fait, je pense de me faire hara-kiri :

Il faut tout réviser, du grenier à la cave :

Verbes assimilés, défectueux, concaves,

Duels, pluriels brisés et l’expression du temps :

« Il faut bien le savoir, c’est très, très important. »

Hamza, ta marbouta, damma, fatha, kasra,

Comment s’y retrouver dans cet immense fatras ?

Pour déchiffrer ces signes il faudrait une loupe !

Noar est là qui veille, pas question qu’on se loupe

Même si la graphie est parfois fantaisiste.

En baver comme ça, faut être masochiste !

 

On nous avait promis un début en douceur,

Mais en fait on démarre à 150 à l’heure :

On commence par les contes des Mille et Une Nuits.

Pour nous c’est du boulot, le soir jusqu’à minuit.

Certes on imagine la belle Shéhérazade,

Mais question de syntaxe, c’est la vraie débandade !

Et avec Jahiz on monte encore d’un cran :

Le Livre des Avares, merci Noar ! Choukran !

 

 

Quand Noar lit le texte, ah !c’est un pur délice,

Mais pour nous c’est plutôt une marche au supplice

Avec ces °ayn , ces qaf dont l’Arabe regorge

Mais qui, à nous Français, nous restent dans la gorge.

Il faut pourtant se lancer, c’est le moment fatal,

Noar donne le départ : allez-y, tafaddal !

 

On tâtonne, on bégaye, mes amis, quel gâchis !

Mais pour Noar tout baigne, on continue, machi ?

Et quand on croit avoir tout bien analysé,

Restent encore tous ces mots qu’il faut vocaliser.

Alors quelle galère ya akhi ! c’est l’enfer :

A, i ou, au hasard, à tous les coups on perd.

Les shadda passent à l’as, les voyelles font la grève,

Si tu ne comprends pas, tant pis, c’est marche ou crève !

Ah, pour le verbe simple, nous y sommes arrivés ;

Mais ne me parlez pas des formes dérivées !

Af°ala, if°alla et même istaf°ala,

J’en passe et des meilleures, mais je m’arrête là,

Car je ne voudrais pas, ce serait fort dommage

Que ceux du groupe Un , du coup, perdent courage

 

C’est vrai qu’il y a de quoi avoir mal à la tête,

Mais nous, on est patient, on s’accroche, on s’entête ;

On pose des questions, on demande des détails,

On avance, on progresse, on gagne la bataille.

Traduire quelques lignes exige de gros efforts,

Mais quand on réussit, quelle joie, quel réconfort !

Noar nous encourage « yalla, moumtaz, c’est bien !

On va y arriver, c’est possible, ne crains rien ! »

C’est certes difficile, mais comme dit le Coran

Dans une de ses sourates : « ma°a al°ousri yousran »                              *sourate94v.5

Les textes, il faut le dire ne sont jamais lassants :

C’est plein d’animation, y a du sexe, y a du sang.

 

Jeudi après-midi, gais comme des pinsons

Nous allons terminer la journée en chanson.

Vite il faut déchanter : chez Noar c’est un vice :

Pour avoir la chanson, faut faire les exercices.

Mais comme récompense de ce travail de fourmi

Nous écoutons la voix de Majda El Roumi.

Alors là, croyez-moi, on doit rendre les armes.

On a la chair de poule, on est ému aux larmes :

« Ah, il me fait entendre, lorsqu’il me fait danser,

Des mots auxquels personne n’aurait osé penser… »

C’est beau, c’est magnifique, mon Dieu que d’émotion !

Vite allons sur youtube ou sur dailymotion !

Pour entendre ce poème de Nizal Qibanni

Je donnerais Versailles, Paris et Saint-Denis.

 

 

Mais vite le temps presse, il faut se dépêcher.

Pour Noar le programme n’est pas encore bouclé.

Nous n’aurons que le temps d’avaler un sandwich

Pour traduire un poème signé Mahmoud Darwich.

Dans ces strophes issues d’une expérience amère

Darwich nous prend aux tripes en évoquant sa mère.

Nous pouvons écouter un enregistrement

Et le cours se termine dans le recueillement.

 

 

Le vendredi venu nous sommes à l’Ermitage

Pour fêter tous ensemble la fin de notre stage.

Et si chacun de nous est un petit peu triste,

On se doit malgré tout de rester optimiste.

Nous faisons confiance aux organisateurs ;

Ils sauront, j’en suis sûr, être à la hauteur

Et trouver un endroit, à Digne, Aix ou ailleurs

Où nous pourrons couler des jours encore meilleurs.

L’Académie est morte, vive l’Académie !

Et à l’année prochaine, in cha allah, chers amis.

 

Claude Tappero

***

Lors de la soirée de clôture de l’Académie des Langues Anciennes du 28 juillet 2017, Christian Boudignon a lu ce texte humoristique devant les Académiciens :

La véritable histoire de l’alphabet grec

Affiche du film de Roger Vadim “Et DIeu créa … la femme”, 1956

 

Alpha Bêta Gamma

 

A l’origine Dieu créa la femme

Il s’écria : Ah ! la femme !

Ah la femme Alafa

Et ce fut l’Alpha.

Alpha était belle

Mais s’ennuyait

Dieu créa le gros Bêta

Il n’y connaissait rien aux femmes

Mais il les amusait

Après tâtonnement

Il trouva enfin

Le point Gamma

D’Alpha.

 

Alpha Bêta Gamma

Delta Epsilon Zêta

 

Là ses cuisses s’ouvraient

Comme un fleuve en un Delta

Comme il était Bêta

Bêta y met son nez si long

Je veux dire son Epsilon

Elle n’aimait pas ça

Elle le Zêta dehors

 

Delta Epsilon Zêta

Eta Thêta Iota

 

Le Bêta était dans tous ses Eta

Il eut une idée

Il Thêta

Son téton

Il la chatouilla

Elle n’aimait pas ça

Elle le Zêta dehors

Il pria Dieu de comprendre la femme

Dieu le métamorphosa en maître Iota

 

Eta Thêta Iota

Kappa Lambda Mu

 

Maître Iota c’est un homme Kappa

De souci avec les femmes

Ce n’est plus un amant Lambda

Le Bêta avait vraiment réussi sa Mu

 

Kappa Lambda Mu

Nu Xi Omicron

 

Une fois qu’ils se furent mis tout Nu

Il lui montra qu’il était un homme Xi

Connaissait en femmes

Et il lui fit un enfant

Quand le bébé naquit

Comme il était tout petit

On l’appela : homme petit

Ou Omicron

 

Nu Xi Omicron

Pi Rho Sigma

 

Toute la vie du couple

Tournait en rond

Autour du Pi Pi

Du petit

Et de son Rhô

Après le repas

Alpha déprimait

Elle alla consulter un psychiâtre

Un Viennois célèbre

Dénommé Sigma

Sigma Freud exactement.

 

Pi Rho Sigma

Tau Upsilon Phi

 

Sigma lui offrit un verre de schnaps

Puis deux

Puis trois

Puis quatre

Tout en l’écoutant

Elle avait maintenant un sacré Tau

D’alcool dans le sang

Elle avait maintenant, Hips,

Une furieuse envie d’embrasser Sigma, Hips

Qui mettait trop longtemps, Hips

A se déshabiller, Hips

“C’est long ! Hips ! C’est long ! Up-silon”

Une fois tout nu

Sigma lui Phi

Un enfant.

 

Tau Upsilon Phi

Khi Psi Oméga

 

C’était une fille.

Ils l’appelèrent Mégane

Mais Alpha n’osait pas

Répondre à son mari jaloux

Qui lui demandait

C’était l’enfant de Khi ?

Elle n’osait pas lui dire

Que c’était l’enfant de son Psi

A celui-ci justement

Sa fille lui manquait trop

Il voulait tant la voir

Qu’une nuit enfin que Bêta dormait

A poings fermés

Alpha fit entrer son Psi

Dans la chambre de Mégane

Il la vit

Il poussa des Ah !

Il poussa des Oh !

Et dit : Ah Mégane n’es-tu pas ma fille ?

Oméga n’es-tu pas belle ?

 

Khi Psi Oméga.

Actualité des langues de l'Orient ancien et de la Bible

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search